preloader

Arrêter de fumer

Arrêter de fumer

La cigarette ? J'arrête !

Vous en avez assez d'être dépendant de votre cigarette et vous avez décidé d'arrêter de fumer ? Vous avez testé patchs, gommes, pastille, etc et vous avez passé en revue tous les substituts nicotiniques, mais vous ne réussissez toujours pas à vous débarrasser de votre addiction au tabac qui vous dérange de plus en plus et qui coute de plus en plus cher !
Avec l'hypnose, cette dépendance au tabac, l'esclavage des cigarettes s'éliminera sans effort et sans prise de poids.

  • Nombre de séance(s) : 2 minimum.
  • Durée de la séance : De 2h30 à 3h la 1ère séance et 1h la 2ème séance.
  • Prix de la séance : 70 €.
06 63 67 67 25

Liberté et sécurité sont les deux valeurs à l’origine des demandes de « cesser de fumer », « sevrage tabagique » ou « sevrage nicotinique » par l’hypnose, que ce soit en première intention ou après que toutes les autres techniques aient échoué. En effet, d’une part le tabac est un piège et d’autre part nul n’est coupable d’y être tombé. …Et ce n’est en général qu’après plusieurs années d’intoxication progressive que l’on arrive un jour ou l’autre à la conclusion qu’il faudrait arrêter de fumer.

Mais entre temps la cigarette est devenue bien plus qu’une simple habitude, c’est désormais un refuge et un mode de vie, sous-tendus par des phénomènes inconscients, émotionnels, bien plus difficiles à vaincre que la seule « dépendance » à la nicotine.
Il devient alors, en apparence, très difficile de se sortir de ce piège car l’on est devenu incapable d’imaginer sa vie sans cigarette. De plus, la nicotine est présentée comme engendrant une dépendance dont il est difficile et douloureux de se libérer et la prise de poids semble inévitable lors du sevrage.

Et pourtant ….

Pourtant, la nicotine n’est pas un besoin. La preuve en est simple : quand nous dormons, le manque de nicotine ne nous réveille pas, comme le feraient la soif ou l’envie d’uriner. Ce n’est en fait qu’une impression de besoin, une envie secondaire à des processus inconscients, émotionnels.

Pour ce qui est de l’impression de « mode de vie », elle est secondaire à la création, par le cerveau du fumeur, de « circuits de fonctionnement automatique » ayant intégré l’habitude de la cigarette. Un nouveau mode de vie, sans tabac, entraînera lui aussi la création de nouveaux circuits de fonctionnement automatique qui se substitueront aux précédents.

Enfin, le besoin de compenser en mangeant n’est que la conséquence d’un sentiment de privation augmentant la frustration. Une technique de sevrage évitant la frustration permet donc d’éviter la compensation.

L’hypnose agit au niveau de la composante inconsciente ou « émotionnelle » qui est à l’origine de la sensation du besoin de fumer. Elle est donc différente des autres méthodes de sevrage tabagique car elle agit plus en profondeur : Grâce à l’aide active du cerveau émotionnel, l’hypnose transforme en plaisir le fait de se libérer de la cigarette et de sa gestuelle, permettant ainsi un sevrage rapide, sans effort, sans stress et sans prise de poids.

Une seule séance d’hypnose peut suffire. Mais l'hypnothérapeute se sent prêt à accueillir son patient en cas de difficultés et proposer des séances de soutien pour confirmer ou poursuivre le détachement. Si le sevrage n’apparaît toujours pas, il ne sert à rien de multiplier les séances. Il faut attendre quelques semaines avant de renouveler le traitement d’hypnose.

L’arrêt brusque et immédiat s’est révélé toujours préférable à l’arrêt progressif. Le patient choisit l’hypnose justement parce qu’il souhaite être débarrassé au plus vite du tabac. Toutefois, de nombreux patients ont besoin d’étapes pour affermir leur décision et s’habituer au changement. Il faut donc assurer un suivi pour améliorer les résultats.

Vidéo : Comment arrêter de fumer avec l'hypnose ?

La démarche que je mets en œuvre planifie l'arrêt de la cigarette sur 2 séances minimum d'hypnose.

Lors de la première séance d'hypnose nous échangeons sur vos habitudes de fumeurs : Depuis combien de temps fumez-vous ? Combien de cigarettes par jour ? A quels moments spécifiques ressentiez-vous le plus le besoin de fumer ? Quels sont les liens de dépendances (gestes, drogue, obsession) ? Ce qui vous motive à arrêter maintenant ? Quel est votre environnement familial et professionnel (favorable ou défavorable) ? Etc.
Nous poursuivons ensuite par une discussion sur les raisons pour lesquelles il ne suffit pas, dans la plupart des cas, de simplement le décider pour réussir, par soi-même, à arrêter de fumer.
Au cours de cet échange, j’appréhende votre personnalité et vos motivations puis nous continuons par un travail en hypnose. Vous êtes invité à vous installer confortablement et à fermer les yeux. J'élabore alors une stratégie d’hypnose qui repose sur une série d’exercices répondant aux croyances et au discours du patient. Chaque séance est donc singulière et personnalisée.
Je ne vous demande pas d’arrêter dès à présent mais simplement de changer quelques unes de vos habitudes et nous planifions « la bonne date » où vous arrêterez de fumer. Dans certains cas, nous pouvons voir que vous êtes prêt à arrêter dès cette première séance.

Nous nous revoyons une quinzaine de jours après pour votre seconde séance d'hypnose. Au cours de cette séance, si vous considèrez encore le tabac comme un plaisir, je vais essayer, par exemple, de briser cette idée en vous amenant à ressentir l’empoisonnement provoqué par le tabac au niveau de votre gorge ou de vos poumons (mauvaise haleine, bouche pâteuse, manque de souffle...). Si vous êtes obsédé par l’envie de fumer, je peux vous proposez de tenir votre paquet de cigarettes jusqu'à ce qu’il vous brûle la main et que vous le lâchiez. Ces exercices sont censés déclencher des perceptions différentes et ressentir physiquement les changements décidés mentalement.
"L’idée c’est que plus la personne rentre dans la perception de son corps, et plus elle va ressentir sa souffrance et plus elle va avoir le réflexe de rejeter le tabac", traduit Jean-Marc Benhaïem. Et ce dernier d’insister. "L’hypnose part du principe que la plupart des fumeurs sont ambivalents : ils ont beau savoir que le tabac est une plante mortelle, ils aiment la fumer mais ils savent aussi qu’ils doivent arrêter. L’hypnose fait grandir cette part qui rejette le tabac".
Lors de cette dernière séance d'hypnose, nous analysons comment s’est déroulé votre arrêt du tabac et consolidons ce changement dans la durée. Je confie alors au patient une liste de conseils à suivre. Celui-ci se doit d’être vigilant et de considérer l’arrêt du tabac comme un événement trop important pour le remettre en cause. Toute tentative, même éphémère, de fumer est un danger de rechute, même des années plus tard. Le patient doit modifier son environnement, jeter cigarettes et briquet, ranger les cendriers, parfumer son habitation, faire en sorte que le monde dans lequel il évolue ressemble bien à un monde non-fumeur.

Le taux de réussite : 95% d'arrêt suivi sur 12 mois, mesuré sur 60 patients traités en 2010, peut paraître étonnant. Une étude (Van Dedenroth, 1968) menée sur 1000 patients avec une démarche d'hypnose assez proche de celle que je propose, démontre également un taux de succès de 94% avec un suivi sur 18 mois.

Les bénéfices de l’arrêt de tabac :

  • après 8 h l’oxygénation redevient normale ;
  • après 24 h le corps ne contient plus de nicotine ;
  • après 48 h le goût et l’odorat s’améliorent ;
  • après 72 h les bronches se relâchent : respiration simplifiée ;
  • après 1 AN : le risque d’AVC rejoint celui du non-fumeur ;
  • 10 ans après, l’espérance de vie rejoint celui du non fumeur. La régénération est identique à celui qui na jamais fumé ;
  • Un fumeur lambda consomme en moyenne 1 paquet par jour, en comptant les soirées, repas, anniversaires, où la consommation s’élève.

Le recul est suffisant pour affirmer la réalité de l’arrêt du tabac par hypnose. Les patients fortement dépendants à la nicotine sont désintoxiqués dans les mêmes proportions que les sujets moyennement dépendants.

Le sevrage peut provoquer des effets secondaires qui relèvent d’un traitement médical. Une prise de poids négligée, une anxiété mal évaluée, des éléments dépressifs insuffisamment corrigés, font craindre une rechute précoce. Traiter rapidement les effets secondaires éventuels d’un arrêt du tabac par hypnose permet de garantir la durabilité du sevrage.

Quand on arrête de fumer, le corps et l’esprit sont revigorés. Ils retrouvent une seconde jeunesse. Cela ne se passe pas sans difficulté. Entre la fatigue, les sautes d’humeur et les envies pressantes d’allumer une cigarette, le parcours s’avère compliqué. Oui, les premiers jours sont souvent mouvementés mais l’autohypnose qui prend le relais ou les séances multiples en cabinet aident à combattre ces difficultés. Le sevrage est moins violent et il n’est même pas nécessaire de passer par la phase vapotage si la motivation est au rendez-vous.

Il ne faut pas se voiler la face. Qu’on ait envie d’arrêter pour des questions financières, médicales ou autres, il est crucial de le dire franchement. On s’apprête à adopter un mode de vie radicalement différent de celui auquel on était habitué. On s’apprête à laisser une mauvaise habitude derrière soi pour devenir quelqu’un de meilleur. C’est un changement qui fait peur mais qui se déroule en douceur grâce à l’hypnose.

L’après-séance est plus important encore car on se retrouve livré à soi-même, dans un univers où le tabagisme est encore réel. Les tentations sont nombreuses mais grâce aux formations acquises en cabinet, il est possible de rester maître de soi et de dire non à la cigarette, sans grande difficulté. C’est comme prendre pleinement conscience des belles choses qui nous tendent les bras une fois qu’on arrête de fumer et c’est ce qui fait que l’hypnose marche.

Les autres méthodes (médicaments, patchs, accupuncture) mettent l’accent sur la réaction du corps face à la cigarette, mais ne s’occupent pas du côté mental. Or, le fait de fumer et avant tout une dépendance aux racines psychologiques.
L’hypnose permet facilement d'agir sur les représentations mentales et les comportements automatiques, en reprogrammant votre inconscient. L’hypnose est, en général, la méthode la plus efficace pour arrêter de fumer définitivement.

Comme mentionné précédemment, il faut vraiment avoir envie d’arrêter le tabagisme. On ne se lance pas dans ce processus parce que les autres le font ou juste parce que c’est à la mode. Il est indispensable d’être prêt à passer le cap.

Si toutes ces conditions sont réunies alors oui, l’hypnose pour aider à arrêter de fumer à toutes les chances de réussir.

Vous pouvez éprouver trois types de sensations après avoir arrêté de fumer par hypnose.

  • 1 - Vous ne pensez plus jamais à la cigarette comme si vous n'aviez jamais fumé de votre vie.
    Certains patients, et parmi eux de très gros fumeurs depuis plus de vingt ans, vont me dire : « C'est magique, je ne ressens aucun manque » ; « C’est comme si je n’avais jamais fumé, j’ai redécouvert l’odeur de la cigarette comme la première fois auprès de fumeurs mais ça ne me dérangeait pas » ; « C’est tellement surprenant pour moi, c’est comme si vous m'aviez fait une piqure, mes amis n'arrivent pas à y croire. », etc.
  • 2 - Vous avez de temps en temps une pensée pour une cigarette : « Tiens, je prendrais bien une cigarette… » puis cette pensée s'estompe d’elle-même ou vous la faites partir en faisant venir une autre pensée : « Ah, oui c’est vrai, je ne fume plus... ». Au bout de quelques jours ces pensées disparaissent naturellement sans efforts et vous ne ressentez aucun manque physique.
  • 3 - Vous avez un ultime effort à faire pour vous délivrer. Vous ressentez encore l’envie d’une cigarette, qui peut, parfois, être toujours assez forte. Il faut être vigilent car certains peuvent avoir tendance à se décourager en pensant que l’hypnose n’est pas efficace sur eux. En fait, il va falloir faire preuve d’une part de volonté pour ne pas céder. Vous aurez appris en séance quelques techniques pour faire face à cette envie. Il faut savoir qu’il s’agit d’une période d’adaptation où vous devrez faire un ultime effort avant que ces envies ne disparaissent définitivement. Cette période peut aller de deux à cinq jours. Pour certains, la troisième séance leur permettra de se délivrer définitivement.

Contrairement aux autres méthodes, que ce soit la volonté seule, les patchs ou la médication, etc., à long terme, vous ne ressentez, suite à ces séances d'hypnose, aucun manque, ni envie de cigarettes et vous n’avez pas besoin de compenser avec quoi que ce soit.

Pour les très rares personnes qui n'arrêteraient pas de fumer en suivant ce protocole d'hypnose, l'on voit, lors de la première séance d'hypnose, qu'elles ont souvent des difficultés qu'il est nécessaire de traiter préalablement à l'arrêt du tabac — certaines me demanderont de les aider face à ces difficultés —. D'autres ont une dépendance plus complexe avec, en plus du tabac, une consommation importante d'autres produits, principalement, alcool, cannabis ou cocaïne ; l'approche en hypnothérapie sera adaptée à chacune de ces personnes.

Quels que soient la dépendance et le comportement addictif des patients, la technique de l’hypnose peut se révéler efficace : aucune différence d’efficacité n’a été observée chez les patients faiblement nicotinés ou fortement nicotinés. Les chiffres globaux affichent un taux de réussite général de 72% chez les patients un mois après la séance d’hypnose, et 40% à six mois.

Les résultats dépendent aussi de la qualité d’accompagnement. En ce sens, il est impératif que l’hypnothérapeute et son patient réussissent à instaurer une relation de confiance. En effet, le patient doit être à l’aise pour confier librement ses angoisses, une éventuelle phobie qui le maintien sous l’emprise du tabac et tout ce qui peut entraver sa volonté d’arrêter. Le fait de cacher ces informations empêche le praticien d’identifier les solutions à privilégier lorsqu’il oriente l’inconscient de son patient vers la libération.

Après la séance dans mon cabinet, vous pouvez poursuivre votre démarche en toute autonomie. Au besoin, vous pouvez vous inscrire à une nouvelle séance pour bénéficier d’un suivi personnalisé.
La transition s’effectue donc progressivement, en fonction des besoins du fumeur à sevrer et de votre niveau d’addiction. L’objectif est de ne pas vous brusquer, au risque de rechuter.

Au final, le temps pour arrêter de fumer avec l’hypnose dépend des situations et des patients.
La réussite de la thérapie par l’hypnose relève beaucoup du niveau initial de votre motivation personnelle.
La décision d’arrêter le tabac doit être un vrai choix personnel et non pas uniquement motivé par l’entourage.

Après 14 ans de tabac non stop, j'ai arrêté de fumer net grâce à vous!! Et pourtant on pensait que ce ne serait pas gagné...
Le sevrage a été à peine compliqué mais tout est relatif ! Merci encore. Je suis vraiment heureuse d'avoir entendu parlé de vous et d'avoir pris ce rdv.

Jacqueline
46 ans, Saint-Mammès (Seine-et-Marne)

Trois mois après que nous nous soyons rencontrés, je suis très fière de pouvoir vous écrire pour vous dire, qu'il y a donc déjà 3 mois que je me considère (enfin) non fumeuse.
Heureuse, et je ne ressens pas de sensation de manque durant la journée (ce que je redoutais le plus).
Cependant, par moment, il peut m'arriver de penser aller fumer une cigarette, surtout lorsque je suis fatiguée ou que mon moral n'est pas au top. Mais cette idée disparaît comme elle est arrivée.
Merci du travail que vous avez fait sur moi.

Sophie
38 ans, Chéroy (Yonne)

Les applications liées

Gestion du poids

Gestion du poids

Vous cherchez à perdre du poids ?
L’hypnose est devenue une pratique célèbre pour se séparer des mauvaises habitudes en termes d’alimentation.
En savoir +
Gestion du stress

Gestion du stress

L'hypnose est d'une grande aide dans la gestion du stress et de l'anxiété.
Elle aide à développer maîtrise de soi, concentration et aisance.
En savoir +
Confiance/estime en soi

Confiance/estime en soi

Le manque de confiance/estime en soi peut finir par donner l'impression de ne pas vivre pleinement sa vie. L'hypnose peut vous aider à franchir ce cap.
En savoir +