preloader

Addictions

Addictions

J'arrête d'être addict !

Les addictions sont très variées mais elles ont toutes un point commun : elles empêchent celui qui en est victime de vivre librement sa vie. Il ne faut néanmoins pas baisser les bras puisque de réelles solutions existent pour lutter contre les addictions.
L’hypnose est un outil particulièrement performant sur ceux qui le désirent pour libérer des addictions et des dépendances.

  • Nombre de séance(s) : 3 minimum.
  • Durée de la séance : 1h minimum.
  • Prix de la séance : 70 €
06 63 67 67 25

Une addiction est une forme de dépendance très forte dont on ne peut pas se passer à moins d’être aidé ou bien d’avoir assez de courage et d’aplomb afin d’y remédier. Elle amène à une conduite compulsive.

Il existe plusieurs formes d'addictions :

  • le tabac ;
  • l’alcool ;
  • le cannabis ;
  • la sexualité ;
  • les opiacés ;
  • la cocaïne ;
  • les amphétamines ;
  • les jeux de hasard et d’argent ;
  • les écrans ;
  • le sucre, etc.

Les conséquences de l'addiction peuvent être terribles. Elle peut ruiner votre santé physique, mentale en diminuant vos capacités intellectuelles et affectent, pour ce qui concernent les drogues, votre mémoire. Les comportements relationnels liés à l'addiction peuvent aussi ruiner vos proches, affectivement mais aussi financièrement, avec des conséquences sérieuses pour leur santé. Éclatement de la famille, perte de repères, perte d’emploi, dettes, etc. On connaît parfaitement le processus de dégradation…

Ce qui empêche l'arrêt de l'addiction : dans toute addiction, il est impératif de distinguer la dimension physique de la dimension psychologique. Il a été démontré scientifiquement que la dépendance physique concerne moins de consommateurs que ce que l’on croit.
Dans les faits, c’est la peur qui donne l’impression que l’arrêt de la substance est insurmontable. Cette anticipation du symptôme du manque crée une anxiété souvent liée non seulement à l’arrêt lui même, mais aussi et surtout à la renonciation du rituel associé (les habitudes).

L’hypnose constitue une solution des plus naturelles et des plus efficaces. L’hypnose que j’utilise est redoutablement efficace dans le sevrage des addictions car elle s’attaque directement aux associations inconscientes, exactement où siège l’addiction, c’est-à-dire à sa racine. A partir du moment où, vous n’avez besoin que de vous-même pour être bien dans votre peau, alors la dépendance est terminée.

Vidéo : Comment se libérer de sa dépendance au canabis avec l'hypnose ?

Dans un premier temps, il est essentiel en tant que thérapeute, de vous écouter afin de connaître l’origine, les mécanismes de votre addiction et de conscientiser ces éléments.
L’ensemble des automatismes de cette addiction étant placés et gérés dans les parties inconscientes, l’état hypnotique va permettre d’aller au-delà du conscient, déprogrammer le comportement négatif ainsi que modifier la croyance erronée. Les bénéfices recherchés initialement par la personne sont conservés, comme par exemple la décompression, le réconfort. La personne va retrouver son autonomie, et comprendre qu’ elle va pouvoir vivre mieux sans dépendance. De nouveaux choix, de nouvelles solutions se mettent en place pour atteindre durablement un équilibre psychologique, corporel et mental.

Au cours de ces séances pour traiter l’addiction, l’hypnose va vous aider à vous détendre pour rejoindre une transe hypnotique, état de relaxation profonde, marqué par des changements dans le métabolisme, la respiration et même l’activité cérébrale. Pendant cet état détendu, vous êtes ouvert à l’exploration de la mécanique de votre dépendance. Cela vous permet d’explorer le flux et le reflux de vos propres envies. Dans le but de mettre sur pied des stratégies pour les surmonter et renoncer à vos habitudes et comportements destructeur. Il est souvent demandé d’imaginer les résultats désagréables des problèmes que peuvent engendrer votre dépendance, par de simples suggestions, et les remplacer par un reconditionnement positif.

Les personnes bénéficiant de séances d’hypnose dans la prise en charge de leur addiction en rapportent de nombreux bénéfices.
Cette expérience sensorielle et émotionnelle, co-créée avec le thérapeute, est vécue comme un moment agréable, de partage, avec un impact positif sur la relation thérapeutique. Les patients rapportent une amélioration de leur qualité de vie avec une sensation de bien-être, une amélioration thymique, un meilleur sommeil et une réduction de leur anxiété.
Ils décrivent également l’impact de l’hypnose sur leur pratique addictive : certains parviennent à réorienter leur attention pendant les cravings, à changer leur rapport au produit, et plusieurs vont jusqu’à remplacer l’effet d’un produit par une séance d’autohypnose.

L'hypnothérapie peut vous aider en une seule séance, ou peut nécessiter une approche à plus long terme. En effet, cela dépendra de la nature et de la gravité de votre dépendance.
Si vous êtes aux prises avec des symptômes de sevrage, et un stress supplémentaire, durant votre rétablissement, l'hypnothérapie peut vous apporter un soutien supplémentaire. Le processus d'hypnothérapie lui-même est très relaxant, et peut vous aider à réduire votre niveau de stress, ainsi qu’à vous sentir mieux capable de le gérer. Comme le stress peut souvent déclencher un comportement de dépendance, cela peut véritablement faire une grande différence.
Pour renforcer les changements apportés lors de vos séances d'hypnothérapie, votre hypnothérapeute peut vous montrer des techniques d'auto-hypnose. Cela peut vous permettre de vous sentir fort et motivé tout au long de votre parcours vers la guérison.

Nous pouvons agir sur tous types d'addictions : cigarette, boisson, boulimie, anorexie…
Quelle que soit l'addiction, elle répond à une même structure, donc on applique un même protocole. On repère facilement une addiction par les mots utilisés par le patient : "c'est plus fort que moi", "j'aimerais mais je n'y arrive pas"... Le déséquilibre écologique de la personne est alors réel. Mais attention, nous ne sommes pas médecins, nous ne soignons pas les personnes. Nous les aidons à se mettre en condition pour aller mieux en reliant leur conscient et leur inconscient.

L'hypnose, c'est mettre une personne dans un état modifié de conscience afin de dialoguer avec son inconscient. L'hypnothépeute va alors suggérer des choses à l'inconscient de la personne. Ensuite, nous faisons revenir la personne dans son "état normal de conscience" pour qu'elle reparle, discute, reconscientise tout. Mais à l'intérieur, l'inconscient remet en place un puzzle sans la source de l'addiction. Par exemple si la personne voulait arrêter de fumer, nous aurons suggéré à l'inconscient d'abandonner la cigarette. Cela peut se faire tout de suite ou bien dans un, deux ou trois jours. D'un coup, la personne se dit "Je n'ai plus du tout envie de fumer, je n'ai pas de manque". Ca va très vite !

La dépendance au sucre est un sujet qui fait largement débat. Plus particulièrement, il a été relancé au niveau du grand public par 2 reportages télévisuels, un diffusé dans l'émission "complément d'enquête" du 18 janvier 2018 et l'autre par la chaîne Arte en 2015 et rediffusé en 2019 : "Sucre, le doux mensonge". Si le CEDUS, une association ventant les bienfaîts, reconnaît que la prise de sucre déclenche la production de dopamine, elle distingue le comportement compulsif que peut engendrer le sucre de l'addiction provoquée par la prise de drogues en se reposant sur le double argument que :

  • La teneur en dopamine ainsi créée par le glucose est moins importante que celle liée à la prise de drogues.
  • Qu'il n'existe pas de preuves scientifiques prouvant que l'homme est dépendant de cette substance, condamnant ainsi toute extrapolation des résultats de tests réalisés en laboratoire et effectués sur les souris.

Les arguments de ceux qui tiennent la prise excessive de sucre comme une addiction sont les uivants :

  • Le premier risque est la surconsommation du sucre qui se met en place par le fait même que plus on prend du sucre, plus on a besoin d'en prendre davantage.
  • De plus, la dimension industrielle joue ici un rpole essentiel car le sucre est largement utilisé par l'indistrie alimentaire depuis qu'elle a décidé de réduire les matières grasses dans ses procédés de fabrication en la remplaçant par le sucre qui est un exhausteur de goût.
  • D'un point de vue social, l'image du sucre et la sensation du sucré sont liées à une reprsénattion positive : elles sont associées à la notion de récompense, de convivialité, de plaisir... et peut-être largement encouragée par l'éducation.
  • Enfin, le sucre est également perçu comme un régulateur émotionnel. Par exemple, si vous êtes triste, vous vous tournerez plus aisément vers un aliment riche en sucre afin de vous réconforter. Notons sur ce sujet que le stress a besoin de glucose, ce qui favorise les comportements permettant son absorption.

Bien entendu, d'autres arguments existent de part et d'autre et notre propos est de poser les grandes lignes d'un débat sur lequel nous n'avons aucune autorité pour trancher. Ce qui ets certain, c'est que la consommation de sucre est en excès à travers le monde entier, et ceci quelle que soit la culture, ce qui a de graves effets sur la santé publique avec pour conséquences une hausse des cas d'obésité dès le plus jeune âge et l'apparition du diabete de type 2 de plus en plus tôt dans l'histoire de l'individu. Pour les détracteur de sucre, on est dans une situation comparable à celle du tabac dans les années 70, époque où les lobbys de la cigarette affirmaient que la nicotine n'entraînait pas d'addiction !

L'hypnose peut aider à orienter l'individu vers une alimentation plus saine et plus équilibrée. Par exemple, si vous avez l'habitude de manger des plats industriels ou si vous sucrez systématiquement vos desserts, votre thé ou votre café... Il est possible de proposer des principes d'hygiène simple et de proposer, sous hypnose, que ces nouveaux dispositifs remplacent les anciennes habitutes néfastes pour soi, devenues caduques.

En même temps, le sucre est un besoin pour l'organisme. Il est donc possible d eproposer des suggestions sous hypnose afin de répondre à ce besoin tout en prenant conscience des escès pour ensuite changer vos comportements.

D'un point de vue social, on peut suggérer, sous hypnose, d'autres moyens de vivre une convivialité que par l'apport d'excès de sucre. Par exemple, lors d'un anniversaire, vous pouvez vous autoriser à déguster un gâteau trop sucré mais en prtenant une part plus petite afin de participer mais en maîtrisant la quantité de sucre ingéré.

De même, si le sucre est le carburant du stress, une solution serait d'apprendre à beaucoup moins stresser, ce qui est possible en thérapie hypnothique.

Enfin, si le sucre comble un manque affectif ou permet de "gérer", même si cette gestion est plus un refoulement , les émotions, il ets préférable alors d'apprendre à les exprimer de manière adéquate dans votre vie. L'hypnose joue ici un rôle essentiel dans ce cheminement conduisant à un plus grand respect de soi.

Les écrans font partis de notre quotidien et sont des outils créés pour faciliter la communication, l'accès au savoir ou le divertissement. Souvent pratiques, leur usage excessif est cependant considéré comme une addiction à partir de 30h de jeu ou d'échanges sur les réseaux sociaux par semaine. Des socologues ont ainsi constaté que si les adolescents sont la classe d'âge la plus fragile et la plus sensible à cette addiction, de plus en plus d'enfants passent un temps accru devant les écrans qui font parfois office de baby-sitter. Les adultes ne sont pas épargnés non plus.

Bien entendu, il existe des signes repérables de cette addiction comme :

  • L'incapacité à contrôler le temps passé devant l'écran, fruit d'un désir de se plonger toujours plus souvent dans le virtuel.
  • Le déni du temps excessif passé sur les écrans ("Je ne joue pas autant que tu le dis !").
  • L'éloignement des écrans crée un sentiment de vide, voire de déprime.
  • Si elle est empêchée d'avoir accès aux écrans, la personne devient agressive.
  • Un manque d'intérêt pour ce qui se passe dans le monde réél.
  • En particulier un rejet des relations avec autrui.

Or, cette addiction trouve un écho particulier dans une population touchée par la solitude et vivant un malaise profond : elle ne s'ancre pas à partir de rien et répond à un besoin de l'individu. Ainsi, les écrans deviennent un pis-aller fantasmatique. qui permet de combler les frustrations, parfois profondes, du réél. Par exemple, si vous avez une vie qui ne vous convient pas, marquée par une forte solitude ou l'impression d'être incompris, trouver dans le mode virtuel des situations où vous êtes accepté ou tout puissant faciletra votre désir de retourner dans ce monde où vous êtes reconnu.

En même temps, les conséquences de cette addiction touchent aussi la santé car elle s'accompagne souvent d'une très mauvaise alimentation, d'un manque d'exercice, de problème ophtalmologiques et de troubles de l'attention et de concentration ; joue sur le développement du cerveau pour les plus jeunes (retard de langage lié à un manque d'intéraction avec l'entourage par exemple); mais implique également une baisse de l'estime de soi, dégrade l'image que l'on a de soi et facilité l'apparition de l'anxiété. Plus encore, elle bride l'imagination.

Un aspet également très présent à la pratique générale des écrans est l'oubli du corps. En effet, l'attention particulière sur ce type de support provoque une projection totale de l'être sur l'objet ce qui rend confus où vous êtes. Ainsi, votre environnement devient flou et votre imagination de même que vos émotions sont fortement tributaires de ce que renvoie l'écran. De plus, cette attention est rarement mise en avant. Pourtant, elle est essentielle car elle va à l'encontre du rythme intérieur de chacun. C'est pourquoi, le temps d'hypnose permet une rééducation de l'être en lui proposant d'être simplement présent, ici et maintenant, tout en retrouvant un regard sur le réél.

Plus particulièrement pour les personnes dont l'écran est omniprésent dans leur vie, des suggestions sous hypnose permettent de réapprendre à se reconnecter à son milieu et aux personnes afin de récréer du lien dans le réél. Plus encore, l'hypnose permet de se restituer dans son espace et ouvre sur un mode sécurisé dans lequel chacun peut évoluer, apaisé.
Bien entendu, cette réadaptation peut prendre plusieurs séances mais elle permet une évolution de sa confiance en soi, de l'estime de soi et de l'image que l'on a de soi.

Enfin sur ce thème, il est nécessaire, si une personne est pressentie comme addict aux écrans, de s'en assurer en proposant de réaliser un diagnostic auprès d'un professionnel compétent. En effet, il arrive aussi que le recourt aux écrans masque une autre problématique. Par exemple, j'ai reçu une adolescente que les parents qualifiaient d'addict aux écrans. En échangeant avec elle, il est apparu qu'elle avit recours au virtuel pour masquer un problème de communication entre eux...

Le sevrage de drogues dures ou douces pat l'hypnose est un sujet vaste et complexe. En effet, il dépend de la régularité de la prise de ces drogues, des habitudes de consommation, de l'histoire intime qui ont conduit à prendre ces substances, etc. Tout autant de facteurs qui entrent en compte pour la libération définitive. Par exemple, une personne qui consomme de la cocaïne tous les weekends avec des amis sera dans une autre configuration qu'une alcoolique buvant en cachette plusieurs litres de vin par jour ou qu'un consommateur de cannabis prenant une dose le soir en rentrant du travail "afin de se détendre".

Dire que chaque cas est unique est une évidence et, en même temps, c'est la particularité de chacun qui conduit à une thérapie adaptée. s'il est toujours difficile de prédire l'évolution du sevrage, elle dépend cependant beaucoup de l'implication de la personne dans le processus. C'est pourquoi, il est souvent nécessaire de demander au client quelle(s) démarche(s) préalable(s) il a réalisé pour sortir de ce problème et s'il compte être également accompagné par d'autres stuctures (médecin spécialisé dans l'addiction, association accompagnant le sevrage, etc.) en plus de l'hypnothérapie. Pour ma part, je trouve dangereux qu'une personne vivant une addiction forte se repose uniquement sur l'hypnose pour arriver à ses fins.
En effet, il arrive hélas trop souvent qu'aller voir un hypnothérapeute s'inscrive dans une démarche où l'on consulte différents professionnels à la chaine sans que le problème soit résolu, ces clients épuisent les possibilités qu'existent pour se prouver que personne ne peut rien pour eux, ce qui ne fait que justifier leur addiction.

La prise en charge de ce type de problème doit donc être globale car il n'existe pas de petites dépendances !

Plus précisément, l'hypnose peut apporter sa pierre à cette résoluton du problème de plusieurs manières. Tout d'abord, les personnes sous emprise d'une drogue ont un Moi particulièrement faible, en particulier les alcooliques, et plusieurs séances du renforcement du Moi apportent une aide précieuse. Il existe également des protocoles adaptés pour le sevrage permettant ainsi de jouer sur des ressorts comme le dégoût de la substance, la prise de conscience du manque afin d'apprendre a repousser le moment de la consommation de drogue, etc. Enfin, une hypnothérapie est souvent un levier efficace car elle permet d'affronter avec succès les causes qui sont à l'origine de cette addiction.

Vous vous souviendrez de ce qui s’est passé lors des séances d’hypnothérapie. Vous ressentirez une sensation de plénitude et de bien-être. Vous serez détendu autant sur le plan physique que psychique.

L'addiction n'est pas une maladie, c'est un comportement. Les personnes qui viennent en consultation ne sont pas malades, elles souhaitent juste modifier leur comportement parce qu'elles trouvent qu'il ne correspond plus à leur écologie interne. Un même comportement peut être perçu par deux personnes de deux façons différentes, l'une voudra se faire soigner et l'autre non. Je connais des hypnothérapeutes fumeurs qui aident leurs patients à arrêter de fumer !

Je pense que ça s'explique parce qu'à un moment le conscient et l'inconscient se sont mis d'accord tous seuls. Par exemple, on peut arrêter seul si on fait face à un problème de santé grave. On a lors comme un flash : "Si je ne fais rien, il se passe quelque chose de grave pour moi". Conscient et inconscient réussissent alors à travailler ensemble. Si la personne n'y arrive pas pour une raison ou pour une autre, notre rôle est de mettre d'accord le conscient et l'inconscient.

Après avoir effectué plusieurs séances d'hypnose chez différents hypnos, pour un problème d'addiction "au sucre", une seule séance m'a suffit avec M. LOUBET pour mettre fin à cette habitude.
Merci pour votre qualité d'écoute et relationnelle. Dynamisme et humour était au programme....

Pédro
42 ans, Villemaréchal (Seine-et-Marne)

Je me voyais partir droit dans le mur. Je pensais que je pouvais remonter la pente toute seule mais ce n’était pas vrai. A force de décevoir toute ma famille et mes amis, je me sentais encore plus rejetée. Je n’avais plus envie de parler à personne et je m'étais repliée sur moi-même en attendant la prochaine étape. La drogue m’a rendu sourde et muette, je ne m’écoutais plus moi-même et je ne pouvais rien exprimer. Je n’y croyais pas mais l’hypnose m’a permis de reprendre conscience même si c’est paradoxal lorsque l’on est hypnotisée. j’ai enfin eu le courage de me regarder de nouveau en face dans un miroir et d’aller de l’avant.

Océane
26 ans, Melun (Seine-et-Marne)

Les applications liées

Gestion du poids

Gestion du poids

Vous cherchez à perdre du poids ?
L’hypnose est devenue une pratique célèbre pour se séparer des mauvaises habitudes en termes d’alimentation.
En savoir +
Arrêter de fumer

Arrêt du tabac

Arrêter de fumer par l'hypnose, efficacement et durablement pour retrouver une vie saine et épanouie. Préservez votre santé dès maintenant !
En savoir +
Confiance/estime en soi

Confiance/estime en soi

Le manque de confiance/estime en soi peut finir par donner l'impression de ne pas vivre pleinement sa vie. L'hypnose peut vous aider à franchir ce cap.
En savoir +